Jardins au printemps : la retenue et la délicatesse s’imposent !

Ici par exemple, le Pittosporum truncatum au parfum capiteux n’attire pas que le nez de ses amoureuses et amoureux , mais nombre d’insectes pollinisateurs ou auxiliaires pour son nectar. Abeilles, bourdons, syrphes s’y ravitaillent. Alors que dans la pénombre de sa ramure la fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) -entre autre- est susceptible de nicher.

C’est à dire construire un nid, pondre des oeufs dans cette coupe, et y élever des jeunes avec les proies chassées dans le jardin, essentiellement des insectes.

Il est utile de reconnaitre le chant de la fauvette à tête noire, ainsi que son cri d’alarme, un « tac tac tac » très sec . Seul le mâle chante , il signale et défend ainsi le territoire de son couple.

Toute intervention , tailles, élagages, « nettoyage » est à proscrire. Il est plus intéressant pour la santé du jardin de laisser les arbustes tranquilles, dans leur intégrité, jusqu’à la fin de l’été prochain. Ces opérations sont réservées aux mois de septembre à fin février. Mi-mars au nord de la France.

Disons le encore une fois : la nichoirs artificiels, abris, mangeoires et « hôtels à insectes » ne remplacent pas les arbustes et les plantes vivaces, dans la plus large diversité possible en fonction des sols en place et de votre climat.

Combien d’espèces végétales dans cette haie de fond de jardin en forme de massif allongé, à peine taillé en fin d’hiver ? Eleagnus, cornouiller,pittosporum, fusain, photinia, seringat, choysia, rosa…sur quelques mètres.

De la diversité végétale d’espèces bien associées et bien intégrées nait la diversité animale (insectes, arachnides, oiseaux) facteur d’équilibre, et donc la santé du jardin.

Depuis une dizaine de jours date des premières émissions sonores qui signalent sa présente, le Rossignol philomele ( Luscinia megarhyncos ) est revenu de son séjour d’hiver en Afrique.

Il a retrouvé le jardin où il est né, dans un nid près du sol. Aujourd’hui il chante de sa voix unique, puissante, sonore, un registre incroyablement varié. Son crescendo célébre bien sûr, mais aussi des notes pour surprendre, des inflexions de timbre, des modulations et des petits bruits de gorge, et cette plénitude tellement impressionnante la nuit. Et ce qu’on ne sait pas toujours, il y a des individus plus talentueux que d’autres !

Il chantera nuit et jour tout le mois de mai pour éloigner d’éventuels rivaux et imposer les limites infranchissables de son territoire, puis il se taira au mois de juin. A ce moment là, les jeunes naissent et un silence absolu règne sur leur premières semaines de vie.

Seuls des jardins naturels où la végétation est bien touffue, très ramifiée, obscure, sont propices à la nidification du Rossignol philomèle. Il faut tout faire – ou parfois ne rien faire – pour que nos enfants des générations futures puissent les écouter chanter.

Plusieurs sites sur la toile proposent de vous donner à le reconnaitre, gratuitement. Quand vous l’aurez entendu vous ne l’oublierez pas.

Vive le vent (air méconnu !)

Au printemps les épisodes de gelées matinales ne sont pas rares. Ils ont même bouleversé la vie de nos ancêtres des campagnes au point que la tradition garde en mémoire, dans ses dictons, le souvenir cruel de ces gelées qui surviennent au plus mauvais moment. C’est ainsi qu’ici ou là, vous entendez encore parler des « Vachers », des « Cavaliers du froid » ou des Saints de glace. Ce ne sont que des dates sur le calendrier, mais elles rappellent que nos aïeux observaient déjà fréquemment ce genre de phénomènes catastrophiques. Lier le risque de cette calamité aux repères datés que constituent les fêtes des Saints étant la meilleure façon de s’en souvenir. Lorsque la végétation se réveille, il suffit de quelques minutes pour véritablement brûler les bourgeons et les boutons, les jeunes feuilles tendres pleines de sève. Je l’ai souvent observé sur la vigne. Effrayant spectacle, les petites feuilles roussissent, brunissent à vue d’oeil ! Sur d’autres végétaux, également parfaitement rustiques, le risque est identique sur des feuilles déjà développées.

Brûlures sur la pousse récente d’un « Hortensia grimpant »

Et, si dessous, sur les nouvelles feuilles du Cornus Kousa « Satomi » (Cornouiller japonais)

Ou bien sur les anémones du Japon, à 2 pas de là:

Imperturbable, le muguet du 1er mai n’attendra pas la date ! Ce serait exceptionnel . Le muguet est toujours en avance. Seul la faiblesse des températures diurnes ralentit son développement. Voici une image cueillie il y a quelques heures.

burst

Retenons ce qu’il faut savoir. Ces gelées tardives sont favorisées par un ciel dégagé, l’absence de nuages et d’humidité de basses couches (absence de brumes, de brouillards) ET PAR l’ABSENCE DE VENT. Ce que notre sensibilité a parfois du mal à admettre, ce fameux « ressenti » qui ne correspond à aucune valeur mesurable. L’air froid descend vers le sol, plus il stagne, plus il est dense, plus il se refroidit ! Seul le vent en agitant la masse d’air pourrait s’opposer à ce phénomène et le stopper.

Les jardiniers amateurs ne devraient pas céder à la tentation (ou aux « conseils » de certains vendeurs) de planter «  bien à l’abri » un végétal à la rusticité incertaine, par exemple d’origine subtropicale. En l’occurence un léger courant d’air est préférable ! Dans le cas de ces gelées tardives seule une protection à 1 ou 2 m au dessus de la plante peut en atténuer la gravité. Une protection latérale n’est pas utile, mais un « toit » s’opposant au refroidissement venu d’en haut est salutaire. Nos mémées avaient bien raison de placer leurs potées fragiles sous l’escalier extérieur ou l’auvent, dès que le risque se faisait sentir, dès la veille au soir. NB – Ciel clair, pas de vent, attention !

Mais que faire après le gel ? Que faire si vous observez des dégâts, feuilles brûlées bourgeons noircis. Rien pour l’instant, il est urgent de ne rien faire. Et après ?

Réponses rapides à vos questions posées ci-dessous, en commentaires, n’hésitez pas !

Vous en cultivez un jour, elle revient toujours…

Au jardin nature , les plantes qui se resèment sont nombreuses. Elles deviennent des hôtes permanents, elles habitent à demeure et fleurissent chaque année, souvent en changeant de place grâce à leurs rhizomes ou bien sûr à leurs graines ! Ainsi cette violette d’origine américaine nommée Viola sororia « Freckles ». Les « freckles » traduisez les taches de rousseur, les ponctuations. Elle peut faire penser aussi au geste d’un peintre qui aurait secoué un pinceau au dessus des fleurs. Elle n’a pas le parfum de nos violettes, mais ne se présente pas comme une création horticole. Il s’agirait d’une mutation naturelle de l’espèce sororia blanche. En tout cas cette curiosité est vraiment très rustique, et n’a pas d’exigence particulière quand au sol ou à l’exposition. Elle est bien chez vous!

La « Barlia » est de retour !

Il y a quelques années on la croyait disparue de certains secteurs du midi méditerranéen. Les mesures de protection mais surtout l’évolution des pratiques agricoles ont fait que l’Orchis géant est redevenue commune. Tout au moins quand on lui en laisse le temps. Himantoglossum robertianum pour les botanistes, cette orchidée terrestre délicatement odorante est la plus grande de la famille, jusqu’à 40 ou 50 cm, et se rencontre sur les sols calcaires. Elle est également parmi les plus précoces et passe pour une messagère du printemps.

Pour en avoir chez vous ? Ne tondez plus vos vieux gazons, ou seulement en fin de printemps début d’été. Ils évoluent lentement en prairies riches de vie. Aux engrais spéciaux pour le gazon trop riches en azote, préférez des apports organiques, d’origine naturelle, comme le fumier de ferme pulvérisé, ou liquide.

Les 15 derniers jours de l’arbre aux perles

Tout commence par des boutons ronds comme des perles.

Cette image date du 12 mars dernier.

Dès lors une visite quotidienne s’impose.

Le volume des perles augmente.

Puis elles s’ouvrent lentement, aidées en celà par la fraicheur matinale proche de zéro degrés, suivie d’une grande douceur en journée.

Et en ce tout début d’avril, l’arbre aux perles – un arbuste de taille modeste – se couvre de la neige de ses fleurs d’un blanc pur, très lumineux.

Tous les stades du bouton à la fleur épanouie sont visibles sur les rameaux retombants de cet arbuste trop méconnu.

Notez bien son nom : Exochorda macrantha

Après la Dame de onze heures, la belle Marocaine

Rhodanthemum catananche , appelée « Marguerite du Maroc » outre-Manche . Une vivace pour les coins les plus secs et rocailleux du jardin. A ne surtout pas planter dans de la « bonne terre » . Ici il y a des fleurs pratiquement toute l’année. Parfois une ou deux seulement, et beaucoup plus en ce mois de mars 2021! J’aime cette harmonie avec le feuillage gris bleu assez typique de l’adaptation à l’altitude et à la sécheresse.

Au printemps…

On sait que les floraisons vont avoir lieu , mais les printemps se suivent et c’est toujours la même surprise, la même sensation de ne les avoir jamais vues. De les redécouvrir, et plus fort encore, de souvent remarquer des détails, des nuances, des petites choses jamais observées.

En commençant aujourd’hui par une fleur que la nature apporte dans le jardin sans y être invitée mais quelle joie de l’accueillir tant elle est fidèle et lumineuse voici l’Ornithogale, Ornithogalum umbellatum ou « Dame de onze heures ». En effet, elle s’ouvre en fin de matinée , dès que la lumière est assez vive et se referme dans l’après midi .

C’est une plante dont les bulbes sont vendus dans le commerce pour être plantés à l’automne, mais dans les jardins comme ici ou herbicides ou désherbages à l’aveugle sont devenus des pratiques oubliées, la Dame de onze heures peut très bien choisir de venir habiter chez vous, sans être très envahissante ! J’aime son blanc pur, éticelant comme la neige, le dessin précis et fin de ses 6 pétales.

En passant…

Toutes les saisons sont photogéniques, mais le printemps l’est plus particulièrement. Surtout pour qui aime la palette des verts , les fleurs, les formes et manifestations de la vie. Toutes les formes, visibles et invisibles. Laisser les feuilles mortes et les aiguilles sous les arbustes et les arbres est une garantie de maintien et de développement de la vie dans le sol , donc une garantie de santé pour l’arbre ou l’arbuste que vous aimez. Je répondrai avec plaisir aux questions que vous pourriez me poser sur ce sujet en particulier, et au sujet de la nature dans nos jardins en général, Il suffit de les noter en commentaires…

Toutes les photos sont de moi-même et sont prises dans le même jardin , si ce n’est pas le cas elles sont signées.

Vous vous étonnez parfois de découvrir un blog consacré au jardin qui accorde autant de place à des petites choses qui poussent toutes seules. Oui car un cadre raccord avec la nature environnante plus ou moins « sauvage » est essentiel pour favoriser la diversité végétale et animale. C’est cette diversité maximale qui me permet d’observer, d’année en année, la diminution puis la disparition de certains parasites ou maladies. Vous en entendez parler avec une expression aujourd’hui à la mode : biodiversité. Il y a quelques décennies, mes profs n’employaient pas ce mot là, mais ils m’ont enseigné son esprit et ses méthodes.

Tout ça pour vous dire qu’entre les fleurettes « sauvages » et les semis spontanés de toutes sortes d’arbres venus du voisinage ce jardin accueille aussi des plantes venues de pépinières et de la production horticole.

Comme les camélias, par exemple :

Après l’averse. Ou l’Exochorda dont je vous parlerai bientôt :

Les Muscaris entrent en scène

Depuis une dizaine de jours les muscaris (Muscari neglectum) lèvent leurs petites grappes de fleurs bleues dans la luxuriance végétale du gazon rendu à la vraie vie d’une prairie naturelle, par son âge, son usage, et l’absence de ces attentions que l’on porte habituellement à une moquette.

Différentes espèces de Muscari existent dans la nature et certaines ont permis  aux horticulteurs d'opérer des sélections et des hybridations que vous retrouvez sur les étals des foires aux plantes et des jardineries. Vous les remarquerez vite à leurs racèmes (les fleurs en grappe de raisin,au sommet) plus volumineux, et à leurs coloris plus clairs, dans des nuances de bleus parfois très réussies. Des cultivars blancs et d'autres plus fantaisistes existent...

Ce n’est pas le plus parfumé des muscaris mais il a une odeur subtile dans le registre fruité que certains nez trouvent assez agréable. Normal me direz-vous, muscari a la même origine que « musqué » et les espèces orientales de ce genre sont plus ororantes. Amusant, le nom de cette espèce « neglectum » signifie « négligé » dans le sens d’abandonné, d’oublié. Beaucoup de propriétaires du sol le considèrent comme une herbe mauvaise au pire et inintéressante au mieux, ce qui est regrettable pour une fleurette qui n’apparait qu’au premier printemps et rentre dormir dans le sol durant tout l’été et l’automne. C’est une plante modeste de notre environnement naturel, une bulbeuse qui vit sur ses petites réserves personnelles et dont on ne connait pas encore tous les secrets. Les jeunes enfants peuvent jouer avec, ce n’est pas du poison ! Les bulbes de l’espèce comosum sont même la matière première d’une spécialité du sud de l’Italie.

Un peu de pratique !

A l’heure où les bourgeons gonflent et se déploient il vaut mieux éviter de rabattre certaines branches dans l’hortensia s’il s’agit de l‘Hygrangea macrophylla – le plus couramment cultivé, avec de grosses inflorescences en forme de boules roses, bleues, blanches, vertes et de nombreuses nuances intermédiaires selon la nature du sol et la variété.

Les branches (longues cannes s’élevant au dessus du pied) coiffées d’un gros bourgeon doivent être respectées et gardées entières.

Ce bourgeon apical contient la promesse de fleurs initialisées depuis l’automne dernier !

Le supprimer reviendrait à vous priver de floraisons spectaculaires cette année…