Le retour du chinois…

Au printemps dans un jardin privé .

Rustique, sain, libre, et généreux!

En fleurs dès la mi avril, le rosier de Chine (Rosa chinensis) est un sacré meuble du jardin. En forme libre ( pas de taille!) il est aussi beau planté isolément, qu’ en association. Très solide, très sain, d’une exceptionnelle générosité.  Cet élégant églantier asiatique est ici dans sa forme « mutabilis » . Les boutons pointus naissent rouge vif. La fleur passe par toutes les nuances du rose pour s’éteindre en chamois clair. La forme type de ce rosier porte des fleurs uniformément rouge cerise.

Petite azalée… deviendra grande

Quelle surprise ravissante et renouvelée chaque printemps!

Il y a quelques années, cette auditrice s’est s’est vue offrir deux ou trois pots d’azalée . Au nord de la maison elle a ouvert une fosse à terre( dite ) de bruyère où elle les a replantés. Et paillés avec des écorces de pin.

Par la suite, elle n’a pas rapporté de terre de bruyère, mais s’est contentée de rajouter une année du compost, une autre année des feuilles mortes, des aiguilles de pins, un peu. de fumier à l’automne. Vraiment pas difficile!

Effet printanier en pays argilo-calcaire. Pour un modeste investissement!

 

Encore bien trop rare dans nos jardins…le Loropetalum de Chine

Brillant et léger, un arbuste « bouquet » ravissant.

Le loropétale de Chine (désolé, il n’a pas d’autre nom moins sérieux) ou bien Loropetalum chinense  (à l’international !)  a des fleurs qui vous feront penser à celles de l’hamamélis. Normal, ils appartiennent à la même famille.

Feuillage d’abord rouge au printemps puis vert sur des rameaux souples, les joyeux pompons de la floraison….

Si certains arbustes sont TROP à la mode, d’autres mériteraient d’être plus populaires.

Il existe plusieurs variétés différentes mais elles ont plus ou moins les mêmes caractères.Certaines ont des feuilles d’un bronze ou d’un vert plus profond, d’un rouge plus pourpre ou plus clair, mais c’est surtout dans le port de l’arbuste qu’il y a des différences. Une variété fleurit blanc, mais on reste essentiellement dans cette gamme de nuances de rose plus ou moins vif. En revanche vous trouverez ou plutôt …vous devriez trouver un choix de variétés selon la hauteur et le volume de l’arbuste. Certains s’élèvent jusqu’4 ou 5 m, d’autres ne dépassent pas 0,80 m. Mais tous sont encore rares dans les pépinières. Quand aux variétés parfumées, n’en parlons pas.

Pas de taille (de grâce!)  il n’est très beau qu’en liberté, mais comme vous pouvez le voir ici avec des choisyas,  il ne déteste pas la compagnie d’autres arbustes dans des petites haies, des bordures, ou encore au pied des murs. Evitez- lui l’ensoleillement brûlant de l’après midi et du couchant , les courant d’air froid, les situations trop abritées qui favorisent les gelées. Le loropétale de Chine n’est bien que dans les sols humifères, légers, peu ou pas calcaires. Mais là où l’hiver n’est pas trop méchant  il supporte les gelées matinales jusqu’à -8 ou -10 si il a les pieds au sec, et apprécie le dégel en journée!

Des pompons de minces rubans aux éclats festifs !

Toutes les satisfactions avec … les camélias du Japon.

Ni difficile, ni ingrat, le Camellia japonica.

Comme chaque année à la même époque, les camélias du Japon font parler. Et se poser des questions. C’est l’occasion de rappeler que de nombreux camélias souffrent de trop de soins ou de soins inutiles ! Ce n’est ni une plante fragile, ni une plante gourmande. Certes elle a – comme tous les végétaux – un climat et un sol d’élection, mais avec une large tolérance. Les camélias du Japon sont toujours plus heureux sous un climat doux et humide (pas nécessairement très pluvieux) et dans des sols neutres ou acides.

Il n’y a pas de secret, pour réussir les plus belles floraisons vous pouvez vous passer de l’achat d’engrais. Au moins deux fois par an , après la floraison et une autre fois à l’automne, apportez au pied de grandes quantités de déchets végétaux « bruts »: feuilles mortes à l’automne (robinier, sophora , frênes, en particulier sont très appréciés, mais vous pouvez également ajouter des aiguilles de conifères, de la paille, du BRF) avec du fumier bien composté. Au printemps après la floraison, paillez avec des tontes de gazon sèches, ajoutez un peu de sang séché, évitez les produits a base de corne et d’os. C’est tout ce que vous avez à faire, avec quelques arrosages à l’eau non calcaire en fin d’hiver si celui-ci a été sec. Ces apports réguliers de déchets végétaux remplacent avantageusement la terre « dite de bruyère ». Que vous pouvez utiliser si vous n’avez pas de jardin , si vous cultivez vos camélias sur votre balcon…..Et ne faites aucun traitement dit « préventif ».

 

Ellebore, Helleborus (bot.), Nocca (Corse)

Hellébore de Corse. A haute valeur hivernale!

« On en a parlé à la radio dimanche 5 mars » de cet ellébore si dru , si facile à cultiver, et si fidèle. Lorsque vous en avez un pied au jardin à mi-ombre ou au soleil, vous en aurez toujours, même si le sujet d’origine disparait en général assez vite (4 ans environ). Il se ressème allègrement, vous n’en manquerez pas pour en replanter plus loin, ou faire des cadeaux aux copains!

Cette grande ( plus d’un mètre)  plante est impressionnante par son apparence « armée » alors que les dents du bord des folioles sont souples et ne piquent pas. Et les grandes fleurs vertes en bouquets sont particulièrement lumineuses par les petits matins gris de la fin de l’hiver….

 

Pas curieux s’abstenir…

Le plus de toutes les petites balades et longues randonnées

En famille ou entre amis, il n’est pas rare que les regards tombent sur curieuses petites scènes à droite et à gauche du chemin. Ce qui fait que la joyeuse troupe posent des questions. Les enfants veulent savoir pourquoi. Les parents avouent (ou pas…) leur igorance. Pourquoi ces lichens abondants sur les arbres témoignent-ils d’une grande pureté de l’air ? Pourquoi toutes ces coquilles d’escargots vides et cassées sur cette pierre? Qui a fait ce gros tas d’aiguilles de pin? Pourquoi ces feuilles sont-elles découpées aussi précisément?  Qui a arraché l’écorce de cet arbre ?  Des scènes qui étonnent les gens curieux, il y en a 150 dans ce guide passionnant et utilisable au jardin comme dans la nature! Grâce au naturaliste Vincent Albouy, inlassable pédagogue de l’insecte je n’ai plus vu le jardin de la même manière, et il ne s’en porte que mieux. Quand à Claire Felloni qui signe les illustrations de ce ce guide on aimerait en exposer les oeuvres sur les murs de la maison. Le dessin a la précision exigée par la science mais il respire de la sensibilité de son auteure. Une artiste. Merci Claire, merci Vincent.

Guide des Curieux De Nature …en 150 scènes. Vincent Albouy et Claire Felloni Delachaux et Niestlé. 19,90€ (prix France)

Rechercher une protection pour survivre…

Observation de saison…

Tout se passe comme si ces crocus étaient allés s’installer au plus près possible des cépées de cornouiller. Car soyez en sûr, personne ne les a plantés là. Ce sont les descendants de crocus plantés dans la pelouse. Ont-ils appris que le passage de la tondeuse avait de trop fâcheuses conséquences pour leur espèce ? Toujours est-il que ceux là pourront achever leur cycle biologique tranquillement, sans être privés de leur feuilles. Ce qui les prive de la possibilité de réalimenter leurs réserves (contenues dans les bulbes) et donc – à terme – de disparaitre. « Intelligence » naturelle !

On en a parlé à la radio dimanche 29 janvier 2017

Le clerodendron trichotomum. Parfois nommé « l’arbre du clergé »  Photo: Jacques de Mauguio.

Jacques (de Mauguio,34) nous a envoyé 3 photos d’un petit arbre planté par ses soins dans son jardin. Il désire en connaitre le nom car il ne  l’appelle que « l’arbre de Michel » . C’est en effet son frère Michel, prématurément décédé, qui lui avait donné une jeune pousse de cet arbre découvert dans une propriété des Bouches-du Rhône.

Même si ce petit arbre n’est pas très rare en France , on ne peut pas dire qu’il soit fréquemment planté. Notre auditeur a poussé la porte de plusieurs jardineries et pépinières sans qu’on puisse le renseigner à son sujet , ni même lui donner le nom qu’il cherchait. Pourtant, à l’heure des jardins minuscules , un petit arbre rustique sans souci, florifère en arrière saison (de la fin de l’été à la fin de l’automne) au feuillage odorant et aux fleurs -surtout- parfumées, suivies de petits fruits très décoratifs, çà devrait plaire! Bien sûr, Il ne faudrait pas en voir partout, comme aujourd’hui nos mûriers dit « platanes », malades ou sur le point de l’être, du traitement qu’on leur a imposé.

Le commerce nous dira avec raison « nous vendons ce qu’on nous demande », c’est la demande qui fait l’offre, alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Sur la photo donc le Clerodendron trichotomum, de Jacques, de Mauguio (30)

J’avoue que je me suis retenu de dire à l’antenne que le nom vernaculaire de cet arbre originaire d’Asie  n’était pas seulement  » l’arbre du clergé »  mais encore   » l’arbre de la chance  » (Kléros, en grec classique). Ce don de Michel n’en est pas vraiment le symbole, il faut parfois se contenter du nom botanique, en latin.

Que Jacques, son frère, se souvienne qu’il est également appelé  » l’arbre du destin ».  Ce destin malheureux nous conduit à reconnaitre ce don, cette mémoire d’un cher disparu, qui se perpétue dans le jardin familial . Oui, Jacques, et toute votre famille, continuez à l’appeler  » l’arbre de Michel. Il ne peut pas porter de nom plus juste et plus fort, fut-il « savant » !