Vous aimez vos roses ? Elle aussi, sans le savoir.

La Scolie hirsute, une alliée sûre....

La Scolie hirsute, une alliée sûre….

Elle a un nom : Scolie hirsute, Scolia hirsuta. C‘est une guêpe solitaire (elle ne vit pas en société ou « colonies » , comme les guêpes qui viennent mendier un bout de côtelette ou de pêche durant l’été!). Les adultes se nourrissent de nectar en butinant les fleurs. Celle-ci a été trouvée morte il y a quelques jours, ce qui explique la tristesse de cette photo. Les scolies sont en danger parce qu’elles ressemblent (de loin!) à des frelons, alors qu’elles vivent leur vie sans embêter personne et n’ont aucune agressivité vis à vis de nous, et aussi parce que les jardins ressemblent par leur « propreté » de plus en plus à l’intérieur de la maison, et parce que les friches sont condamnées et nettoyées. Seulement voilà :

Au printemps, lorsque les rosiers sont en fleurs, le téléphone sonne et vous me demandez si je connais une solution pour éviter que les cétoines dorées ou funestes  viennent défigurer vos roses par leur goût du pollen qui les pousse à brouter les étamines Ou bien si les grosses « chenilles » blanches dans le terreau sont nuisibles .

Cette scolie, cette grande guêpe à la livrée noire et jaune qui fait peur à certain(e)s est votre meilleure alliée. Elle fouille le sol ( mais également votre terreau, votre compost) à la recherche des grosses larves boudinées des cétoines. Elle pond un oeuf sur la larve. De cet oeuf naitra une larve de scolie qui se nourrira de la larve de cétoine, donc en la condamnant. Il y aura (au moins!) une cétoine de moins au coeur d’une rose.

Respectez les hyménoptères, abeilles et  guêpes solitaires ou sociales, domestiques ou sauvages, dans leur grande diversité. Réservez dans votre jardin un espace naturel, non travaillé, non « nettoyé », comme un petit conservatoire pour les dons de la nature. Plantez une grande diversité de végétaux de familles différentes. Semez des graines de semences de fleurs destinées aux pollinisateurs, aux papillons, aux auxilliaires. Notre scolie est un exemple parfait de l’auxillaire parasitoïde,  alliée perso des amateurs de roses, pas si secrète que çà car bien visible.

Banissez les traitements chimiques et les pièges stupides. Il faut plusieurs années pour retrouver les prémices d’un équilibre à partir duquel les problèmes diminuent à un point tel que certains passent inaperçus. Vous en regretterez peut-être la vision d’une cétoine dorée (à l’or fin) dans son orgie poudreuse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *