L’amour n’est plus cerise (depuis longtemps…)

Un petit ver ...de poison?

Un petit ver …de poison?

Ce printemps 2016 nous aura au moins permis de comprendre quelque chose de très important. Les producteurs français de cerise se sont alarmés de l’interdiction des spécialités phytosanitaires à base de Diméthoate pour éviter que les larves de la mouche de la cerise ne se développent dans le fruit. L’argument  pour demander à bénéficier d’une prolongation de l’autorisation d’usage du Diméthoate étant celui-ci :  » Les autres européens importent chez nous des cerises qui  ont été traitées avec cet insecticide  »

Rassurons-les. Tout comme vous, certainement, je n’achèterai pas de cerises européennes sans garantie sérieuse de non-emploi de ce genre de pesticide. Comme l’harmonisation européenne dans ce domaine est encore à des années-lumières de la réalité, mais comme la France est – tant bien que mal – dans le peloton de tête des bonnes intentions et dans leur mise en pratique réelle, je tendrai la main vers les cerises les plus propres. Soit parce que j’ai la chance de connaitre des propriétaires de  cerisiers qui ne ramassent plus les fruits et qui ne s’en occupent plus ( il y en a plus que vous pouvez imaginer, essentiellement pour des raisons économiques) donc pas de traitement chimique, soit parce qu’un label vert sérieux me garantit qu’elles sont vierges de ces traitements.

Vous lavez les cerises ? Ca ne sert pas à grand chose, le produit est systémique, il est à l’intérieur du fruit. 85% sont éliminés en allant faire pipi,  mais 15 % se retrouvent dans le foie. Est-ce normal?  Là, dans ce filtre organique, cette molécule en retrouve d’autres. Beaucoup d’autres, résidus de nos habitudes de vie, d’hygiène, d’alimentation, de santé. Ne peut-on pas redouter ce qu’il se passe ensuite entre toutes ces molécules ? Ne faudrait-il pas sérieusement attaquer ce problème des accumulations chimiques et des transformations biochimiques à l’intérieur de nos organismes ? Qui se préoccupe de celà?

Au fait, quand nous étions enfants , regardions-nous le contenu de la cerise avant de l’éclater sous nos quenottes et de nous en gorger de sa pulpe juteuse ? Non, nous ne regardions pas. Nous avons dû en avaler pas mal, des petites larves de la mouche du cerisier!

Et justement, à l’heure où les insectes font leur apparition dans notre alimentation , il faut savoir que ce petit asticot dans la cerise, lui n’a jamais rien mangé que de la bonne pulpe de cerise. Il est né d’un oeuf pondu sur le fruit , il n’a jamais trainé ailleurs. On en connait toute la « traçabilité », elle est transparente !

En tout état, s’il nous est demandé de choisir entre le poison invisible et sournois et le petit « ver » plein de jus de cerise, malgré mon amour des bêtes, c’est lui que j’ai choisi de déguster!

Le cerisier est en fleurs. Entre symbole éternel et espoir de consommation....

Le cerisier est en fleurs. Entre symbole éternel et espoir de consommation….

 

 

 

2 réflexions au sujet de « L’amour n’est plus cerise (depuis longtemps…) »

  1. quand j’étais enfant et que je grimpais dans le cerisier pour me gaver,autant que je m’en souvienne,a part le noyau,je n’ai jamais recraché de vers,et pourtant j’ai du en avaler plus d’un,car à l’époque le diméthoate était inconnu !! Est ce que le problème n’est pas le même avec les olives ??

    • Dans son déroulement, sur un an, le problème est semblable. Dans un cas comme dans l’autre une mouche pond sur les fruits (lorsqu’ils « tournent », au changement de couleur) De l’oeuf sort une larve qui se développe en consommant de la pulpe du fruit. Lorsqu’il tombe elle rejoint le sol, où elle passe la mauvaise saison, se nymphose, et c’est une nouvelle mouche qui nait « au moment des cerises », se reproduit, etc…C’est caricatural, mais le cycle est grossièrement celui-là. Ces diptères (la famille des mouches) ne ressemblent que de loin à notre mouche domestique. Ils sont plus petits, et assez spécialisés. La mouche de la cerise n’est pas celle de l’olivier. Une nouvelle venue (Drosophila suzukii) depuis 2010 (environ, selon les régions) est plus éclectique et pond également sur le raisin et d’autres fruits à peau lisse. Elles ne font pas oublier la mouche méditerranéenne des fruits, autre espèce qui profite du dérèglement climatique, de l’appauvrissement dramatique de la faune (entomofaune et avifaune locale) lié aux monocultures, à la destructions des abris et de la flore locale etc etc….
      L’utilisation aveugle de certains pièges ( optiques comme les jaunes englués, ou bien ouverts comme les pièges à insectes) aggrave dramatiquement le problème car des prédateurs, des parasitoïdes et des pollinisateurs sont détruits!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *