Beauté parfumée : l’Amaryllis belladonna.

Toujours une vive surprise! Au bout de l’été, les premières pluies qui marquent la fin de la canicule réveillent cette splendeur odorante. Les Amaryllis « vrais », à ne pas confondre avec les « amaryllis » dont les bulbes préparés sont vendus à la fin de l’année, et qui sont, pour les botanistes, des Hippeastrums. Amaryllis bel. 2015 003

L’Amaryllis ne se trompe pas de saison. C’est une plante originaire de l’autre hémisphère, d’Afrique du Sud, où le bulbe reste discrètement vivant sous terre, au repos pendant l’hiver , comme les crocus chez nous. Ici, les Amaryllis se reposent durant l’été.

Durant la dernière semaine d’août ou la première semaine de septembre, si la pluie a été suffisante, les hampes sortent de terre alors qu’il n’y a pas encore de feuilles. Ces hampes sont impressionnantes, sombres, reptiliennes, la tête contenant les boutons peut faire penser à celle d’un cobra. La pousse est stupéfiante de rapidité, comme l’ouverture de ces pavillons roses plus ou moins vifs. Et le parfum étonnant se sent à plusieurs mètres ( lorsque la température et l’humidité atmosphérique le favorisent. Sinon approchez votre nez de cette trompette!) C’est une composition sophistiquée de vernis, de fruits, de bonbons modernes…  Amaryllis bel. 2015 006
Lorsque les fleurs seront fanées coupez les hampes à la base, 2 ou 3 cm au dessus du sol. Les feuilles se développeront et « réalimenteront » le bulbe.Au fil du temps, il fera des petits, la touffe s’élargira, le nombre de fleurs augmentera.
Plantez ces bulbes tôt à l’automne (après la floraison et avant le développement du feuillage), ne vous étonnez pas de voir disparaitre les feuilles vers la fin du printemps. N’oubliez pas où vous les avez plantés (çà m’est arrivé !) Le sol doit être bien drainé, c’est essentiel. Ainsi, et à la condition de les protéger d’une épaisse couche de feuilles mortes, de pailles etc, vous pourrez les cultiver jusque dans les zones où le froid peut atteindre -12 à -15° pendant quelques jours… Ailleurs, dans les départements méditerranéens ou en façade océanique, soyez tranquilles!

Une réflexion au sujet de « Beauté parfumée : l’Amaryllis belladonna. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *