On en a parlé dimanche dernier…

Le dimanche 13 mars 2016.  9h-9h30, sur France Bleu Hérault.

Il a été question de mort subite du Catalpa, de cinéraire des fleuristes (Pericallis X), de sauges, et comme souvent de « taille de l’hortensia ».

Comme la plupart des amis (et même des amoureux!) des jardins, le sujet au singulier me rend un peu grognon. Les hortensias les plus communs, Hydrangea macrophylla, quelles que soient leurs couleurs, ne sont que l’une des branches d’une grande famille, les Hydrangea. Il y en a beaucoup d’autres. Certaines espèces et leurs nombreuses variétés sont très intéressantes, en particulier lorsque le sol n’a pas le pH idéal, ni la structure la meilleure. Parlons d’hortensias, oui, mais au pluriel!

En général, les questions du public ne portent que sur les Hydrangea macrophylla, les hortensias à grosses têtes rondes, tels que ceux qui sont vendus en fleurs, au moment de la fête des mères. Remarquons le : le commerce des plantes vivantes cible le côté impulsif de la clientèle, l’achat au coup d’oeil, la couleur et la forme qui font craquer – et vite sortir la carte ou le chéquier -mais pas souvent la curiosité, le conseil éclairé, le durable, la santé du jardin autant que celle des jardiniers.

Tous les Hydrangea   ne se taillent donc pas de la même façon. Utilisez le catalogue des pépinières, les visites chez les pépiniéristes ( ceux qui cultivent eux-mêmes ce qu’ils vendent, mais il faut parfois aller hors régions, la fréquentation des manifestations d’automne est recommandée !) et les ouvrages consacrés aux Hydrangea, pour découvrir leur diversité, leur intérêt.

Cet "Hortensia" pas comme les autres vit vieux, comme un petit arbre ramifié. Ici en début de floraison.

Hydrangea paniculata. Cet « Hortensia » pas comme les autres vit vieux, comme un petit arbre ramifié. Ici en début de floraison, à la fin de l’été. On peut le rabattre au printemps.

Pourquoi Hydrangea paniculata, si tolérant au sol et au climat, est-il si rare, alors qu’il fleurit bien près les autres, à la fin de l’été et au début de l’automne, ces hautes inflorescences pyramidales virant du blanc au rose à l’approche du froid. Vous pouvez même vous en servir pour les décorations de Noël ! Et les Hydrangea quercifolia ( = à feuille de chêne) qui s’accomodent si bien de la chaleur,Hydrangea quercifolia au premier plan.L’hydrangea à feuille de chêne, également en début de floraison au Parc des 5 continents à Marsillargues dans l’Hérault, chez Eric Dubois.

et les Hydrangea arborescens   dont les nouvelles créations, hybrides, sont la preuve de la grande plasticité? Elles peuvent je pense s’adapter à peu près partout. On n’est pas toujours obligé de charier des sacs de terre – dite- de bruyère, en épuisant les dernières tourbières de la planète….

"Annabelle" n'est pas un "hortensia" comme les autres. Tête ronde, oui, mais rustique et tous sols ou presque.

Hydrangea arborescens « Annabelle » n’est pas un « hortensia » comme les autres. Tête ronde, oui, mais rustique et tous sols ou presque.

  

L'hortensia qui pose le plus de questions! C'est Hydrangea macrophylla.

L’hortensia qui pose le plus de questions! Notre  Hydrangea macrophylla.

Et, pour illustrer la réponse à la question la plus souvent reçue à l’antenne :

Une affaire de "canne" et de bourgeons...

Une affaire de « canne » et de bourgeons…

 » Quand – et – comment tailler les hortensias Hydrangea macrophylla ?  »

Quand? La période est longue pendant laquelle cette opération est possible, surtout au sud du pays. D’une façon générale : à l’automne après la chute des feuilles vous pouvez couper les inflorescences fanées (essentiellement décolorées) Elles peuvent entrer dans la composition de bouquets secs (avec 1 tige métallique insérée sous chaque inflorescence, séchage en suspension,  tête en bas). Dans les régions à hiver froid certains jardiniers les laissent pour la protection de la touffe.

A la sortie de l’hiver, vous éclaircissez cette touffe en coupant au ras du sol les vieilles cannes ( bois plus sombre que celui des jeunes.) Coupez également  celles qui sont malingres, déformées, celles qui repartent vers le sol au lieu de s’élever bien drue. Vous conservez celles qui sont coiffées d’un beau gros bourgeon – un bouton – bien dodu ( notre photo) . Les rameaux dont le sommet est plat possèdent des bourgeons latéraux. Ils peuvent également donner des « têtes » mais plus petites et plus nombreuses. L’hortensia de cette photo peut encore être taillé, rien ne presse. Les fleurs se préparent dès l’année précédente !  Voilà pourquoi si vous rabattez ces plantes au ras du sol à l’entrée de l’hiver, vous supprimez toute possibilité de floraison. La taille se limite donc à une sélection de beaus rameaux ou cannes jeunes, et au renouvellement de celles-ci. Sur la photo une canne dont on va profiter des fleurs cette année, mais qui sera coupée au ras du sol dans un an. Notez la couleur du bois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *