On en a parlé à la radio! Dimanche 11 février 2018 sur France Bleu Hérault….

Pour la réouverture 2018 du blog des jardins qui vivent… la question posée ce jour-là par « Françoise » a retenu l’attention:  elle se demande quelles plantes installer le long d’une clôture en PVC plein. Un matériau particulièrement inhospitalier pour le monde végétal et visuellement repoussant pour le copropriétaire nouvellement acquéreur dans un lotissement « du midi ». Ajoutez à celà un sol exagérément bétonné où les concepteurs n’ont laissé que d’étroites bandes de mauvaise terre d’aspect maigre pour le « jardinage ».

Françoise a laissé un alignement de vieux rosiers sous cette palissade artificielle. Il faut laisser et même restaurer ce mobilier ancien mais qui a survécu! Et le compléter donc par des grimpantes qui se comporteront non seulement comme un cache-misère ( a ce prix là , c’est ahurissant !)  mais qui animeront cette clôture tout au long de l’année. Deux erreurs à éviter -1 ne planter qu’une seule espèce et variété de plante, il en faut plusieurs, et -2 trop serrer les plants. Pas plus d’un pied pour 2m à 2m50.

Si l’espace est suffisant il vaudra mieux compléter sur le devant ou dans les intervalles par des vivaces qui profitent bien aux rosiers. Exemples: des nepetas, des lavandes, des géraniums vivaces, des bulbes d’automne, d’hiver et de printemps.

Françoise devra faire poser un treillage devant les panneaux de PVC, de manière à fournir un support aux grimpantes, mais aussi à les éloigner de 2 ou 3cm du panneau occultant. L’air doit circuler pour éviter la chaleur trop forte et l’effet de réverbération.

Ensuite elle pourra planter – compte tenu de l’exposition de cette clôture – du Trachelospermum (Jasmin étoilé) – du Lierre ( variété « Glacier » ou « Golden Esther ») à petit développement 2 à 3m – un ou 2 rosiers grimpants à fleurs en bouquets- une Clematite armandii ( parfumée!) et une Clematite cirreuse à floraison hivernale – un Mandevilla laxa (jasmin du Chili) c’est un « ancêtre » du Dipladénia. Il meurt pendant l’hiver et renait exhubérant au printemps. Et pourquoi pas un « Wattakaka »  pour faire rire les petits enfants. Ce Dregea très florifère et peu exigeant se comporte tellement bien dans ces missions ingrates! Il y a aussi des chèvrefeuilles et des bignones ou apparentées comme « capreolata » à l’arôme de café….

Un « hortensia grimpant », le Schizophragma habille bien à l’ombre et dans un sol acide à neutre.

Clématite cireuse. Elle fleurir l’hiver dans un fin feuillage d’aspect gracile et frisé.

Le jasmin étoilé, exhubérant et très parfumé embellit même la rue…

2 réflexions sur « On en a parlé à la radio! Dimanche 11 février 2018 sur France Bleu Hérault…. »

  1. Ma pivoine arbustive n’a fait qu’une fleur cette année. Faut il couper ses grandes tiges ?
    L’an passé elle avait 15 énormes fleurs…
    Je l’avais récupérée de chez maman et plantée en février 2019.
    Elle mesure 1,5m est composée de 3 grandes branche, et d’une touffe de plusieurs petites branches en bas

    • Bonjour Claudine,
      Ce blog est en partie désactivé et par principe d’exclusivité je ne réponds qu’à la radio, en direct avec les auditeurs au téléphone. Seulement voilà , nous sommes confinés, et bien sûr c’est avec grand plaisir que j’essaye de vous aider.

      D’une façon générale, les pivoines (arbustives et herbacées) sont des pantouflardes qui vivent mal la transplantation.

      Que s’est-il passé l’année dernière?
      lorsque vous l’avez transplantée en février, la floraison 2019 était déjà initialisée. Donc le printemps venu, elle a fleuri.
      Le contre-coup est pour cette année. Elle boude ! J’espère avec vous que la reprise de floraisons plus généreuses ne prendra pas 5 ou 6 ans comme cela peut arriver.

      Pour y aller toujours doucement, la plus importante des 3 branches, la plus ancienne peut être, rabattez la à 10 cm du sol. rabattez aussi celle qui a fleuri. Le départ des petites branches doit être favorisé. Après lorsqu’elles se seront développées un peu plus il faudra choisir les plus belles et supprimer les autres.
      Dès ce printemps griffez le sol , et apportez environ 1/2 kg de compost de fumier, ou du fumier bien composté et paillez avec des déchets végétaux secs. Ex tontes de gazon sèches. Vous ferez la même chose à l’automne.
      Après : patience, laissons faire le temps !

      Bien cordialement à vous Claudine et en vous remerciant de votre question.

      Joël Avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *