Les vieux murs vivants, un biotope à protéger.

La linaire fait actuellement l'objet d'études génétiques.

La linaire fait actuellement l’objet d’études génétiques poussées.

Linaria Cymbalaria , la linaire cymbalaire ou plus simplement « cymbalaire » est aussi connue sous le nom poétique de « ruines de Rome ».

Son milieu naturel ? Oui, ce sont nos vieux murs de pierres sèches, élevés selon les règles de l’art, bien drainants. Pas du genre à s’éventrer au premier épisode de pluies un peu plus copieuses que d’ordinaire.

Mais comme elle souffrirait vite de soif et d’insolation, la linaire (avec sa gueule de p’tit loup) prend soin de se semer et de se développer surtout du côté du nord du mur.

Ne « nettoyez » pas ces murs en pierres sèches (mais parfois humides!) de leur flore, je vous présenterai d’autres espèces très fréquentables ici même. Cette flore ne porte pas atteinte à la construction, pour laquelle elle est une associée naturelle. Ce mur est en quelque sorte un biotope qu’il faut protéger. Et non agresser à coups d’herbicides ( Grand Prix des Cancres de l’Environnement pour les communes qui persistent à donner le mauvais exemple à leurs concitoyens) ou de jointoyage bien gras au mortier et à la truelle. Si si çà se fait encore !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *