Feijoa : généreuse récolte 2015

Feijoa (ou Acca) sellowiana, vous pouvez l’appeler « Goyavier du Brésil » ou « de Montevidéo » voilà un arbuste fruitier aux qualités bien sous-estimées jusqu’ici…Il est persistant (avec un feuillage qui s’associe harmonieusement à ceux d’autres arbustes dans les haies libres, je pense aux filaires, aux nerpruns, au chêne vert, à l’arbousier!)  sa floraison est remarquable.

Ses fleurs sont des bijoux un peu étranges

…Et sa fructification n’est pas inintéressante, au contraire!  Les fruits sont en général de taille inégale, leur poids varient d’une trentaine de grammes à plus de 200 g ! Un fruit vert à maturité est moins attractif qu’un fruit doré, rose ou rouge, mais le peu d’intérêt  (ou la méfiance) pour le feijoa réside surtout dans son absence ou son extrême rareté sur les étals. Pourtant, une fois que le consommateur plein d’appréhensions pour cette chose verte et lisse  a goûté ce fruit, en général il y revient.

Ils ne sont pas "calibrés"!

Ils ne sont pas « calibrés »!

Lorsque les premiers fruits tombent, l’heure de la récolte a sonné. Trop mûrs, la chair se colore, devient jaunâtre, elle perd de son goût légèrement acidulée, délicieux. Elle doit rester blanche, avec un reflet vert près de l’écorce.

Une chair délicieuse, des grains insigifiants...

Une chair délicieuse, des grains insignifiants…

Je le déguste coupé en 2 dans la largeur. A la petite cuillère!  Attention, il existe plusieurs variétés de Feijoa, elles ne sont peut-être pas toutes vraiment excellentes. Je me suis promis de faire des essais, il n’y a pas d’autres solutions !

En fait, je crois qu’au fruit frais, je préfère encore la confiture. Elle révèle d’autres arômes subtils, étonnants, difficiles à décrire. Goûtez-là  et faites-vous votre propre idée, avec vos papilles, vos sensations bien à vous.  Ignorons ce jargon à la mode, sans lequel aucun produit naturel ne saurait être vendu, et qui découvre dans tel ou tel fruit ( comme dans le vin!) ici une nuance de fraise, là d’ananas, une fragrance de fleurs blanches, et bien sûr …l’inévitable  » bon petit goût de noisette »! STOP. Merci, on va s’arranger tout seul pour en juger, et si vous le souhaitez, partager nos impressions, bien sûr!

Goûtez-moi çà!

Goûtez-moi çà!

Vous aurez remarqué que je ne vous dis rien ici des exigences de l’arbuste, de sa culture…. Rien n’empêche que nous en parlions! Soit dans le jardin de France Bleu Hérault le dimanche matin, à partir de 9h, au 04 67 58 60 00. Soit dans les colonnes du mensuel l’Ami des Jardins ( Kiosques et rayons presse) et bien sûr encore par la fonction « commentaires » de ce blog.  Je vous y invite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *